Header ad

L’#OM au rendez-vous des paradoxes

L’OM effectue son avant dernier déplacement de la saison à Angers où il se doit de valider son maintien face à une des équipes que l’on n’attendait pas.

Lorsque le calendrier de la saison a été dévoilé, ce duel de la 36e journée opposant Angers à l’OM était souligné comme pouvant être capital pour les deux équipes. En Anjou, du fait de la remontée en Ligue 1 après 22 ans d’aléas sportifs, tout le monde se disait que le SCO aurait à se faire violence pour grappiller à la maison les derniers points qui lui permettraient d’éviter de faire l’ascenseur, comme ce fut le cas en 1994.

Côté provençal, disputer son antépénultième rencontre chez un supposé «petit» laissait augurer la possibilité de terminer sur le podium, après avoir manqué de peu cet objectif quelques semaines plus tôt.

Onze mois plus tard, la vérité de la compétition a fait exploser ces perspectives. De finir sur le podium, il n’en est pas question. En revanche, s’il y aura bien un protagoniste qui jouera, demain après-midi, pour tenter d’assurer son avenir en Ligue 1, ce n’est finalement pas celui que l’on croyait.

Un promu culotté

Car Angers, bien que promu, a su déjouer tous les pronostics. Montrer qu’un promu était capable de se hisser au niveau des meilleurs. Et même de se mêler durant près de la moitié de la compétition à la course au podium.

S’il est clair l’objectif prioritaire demeurait le maintien, les dirigeants angevins ont savouré le parcours du SCO. Stéphane Moulin a su tirer le meilleur de chacun des éléments mis à sa disposition. En s’appuyant sur un noyau de joueurs qui ont aidé le club à retrouver la lumière, il est parvenu à obtenir la quintessence d’un groupe sans véritable star. Mais qui a su compenser par une solidarité et un engagement dont ferraient bien de s’inspirer certains pensionnaires de la Ligue 1.

Alors, c’est une formation angevine libérée de toute contrainte qui s’apprête à accueillir le candidat surprise à la relégation qu’est devenu l’OM. Au fil des contre-performances et échecs surprises, les Olympiens ont fini par partir en quenouille après avoir perdu leurs dernières illusions en coupe d’Europe.

Jusqu’à la mi-février, le discours sur la capacité d’aller chercher le podium a tenu. Mais une fois l’échec de Bilbao consommé, plus rien n’est allé dans un groupe qui a explosé. Il y a bien eu la qualification pour la finale de la coupe de France. Mais pour le moment, cette invitation à aller défier le PSG au Stade de France, une semaine après le dernier rendez-vous à Troyes, ressemble plus à un cache-misère qu’à un lot de consolation.

L’OM se rendra donc en mission dans le Maine et Loire. Une mission simple sur le papier, à savoir grappiller les derniers points qui lui manquent pour éviter de sombrer définitivement dans la charrette. Joueurs et entraîneurs essaient de se persuader qu’il est possible d’éviter la chute finale.

Toutefois, les voeux pieux exprimés en conférence de presse avant chaque match attendent toujours une concrétisation sur le terrain. Mathématiquement, un point suffirait au bonheur olympien. Mais dans un championnat qui peut encore nous valoir quelques rebondissements, il serait de bon ton d’obtenir une marge de manoeuvre un peu plus confortable.

Chez un adversaire qui n’a pris que la moitié de ses points possibles à domicile, la tâche semble dans les cordes d’un OM motivé. Mais l’OM le sera-t-il vraiment? Il serait temps de voir enfin ce groupe passer à l’acte.

C’est le moment où jamais.

Michel Garoscio

https://www.lamarseillaise.fr

About The Author

Le Premier Portail Sportif Guinéens ! Retrouvez l'actualités sportive de la Guinée Football, BasketBall, Vélo, course, natation etc.. et en continue ...

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.