Antonio Souaré
ACTUALITÉ

Détournement à la LONAGUI: et si le tribunal convoquait Antonio Souaré ?

Antonio Souaré
34Views

Cinq mois avant la fin de leur mandat, les membres du Conseil d’administration de la LONAGUI (Loterie Nationale de Guinée), nommés en juin 2016, sont débarqués sur proposition du Premier ministre Kassory, alors que le Directeur général, en plus de son limogeage, s’attend à une procédure judiciaire. Dans son rapport fourni au chef de l’Etat, le Premier ministre n’a pas que mis en gras la mauvaise performance du Conseil d’administration dont l’un des plus influents était Antonio Souaré. Kassory Fofana a aussi et surtout préconisé la révision des contrats avec les sociétés de jeu dont la plus importante est celle du même Antonio Souaré. Mais est-ce suffisant ?

En tout cas, deux questions sont légitimes. Premièrement, Antonio Souaré a-t-il profité toutes ces années de sa promiscuité avec le pouvoir en place et, surtout, de son rôle au sein du conseil d’administration pour payer moins à l’Etat à travers ce que les sociétés de jeu payent à la LONAGUI, l’organe de régulation ? Que le PM préconise la révision des contrats des sociétés de jeu, l’économiste Kassory doit avoir ses motivations dont la plus importante est de maximiser et sécuriser les recettes de ce secteur.

Le Directeur général de la société, Chérif Aidara, limogé pour malversation financière portant sur une vingtaine de milliards de francs guinéens, sera bientôt assigné en justice. C’est du moins l’instruction donnée par le Chef de l’Etat à l’agent judiciaire de l’Etat.

Alors, deuxième interrogation : avec le rôle majeur que joue le Conseil d’administration d’une entité comme la LONAGUI, ne pourrait-on pas demander des comptes à cet organe aussi lorsqu’on veut faire toute la lumière sur une affaire aussi immense ?

Il ne devrait pas être impossible, dans un pays normal, que des membres du Conseil d’administration, y compris le patron de Guinée Games, comparaissent ne serait-ce que pour témoigner afin d’aider le juge, les avocats des deux parties et les journalistes qui couvriront le procès, à connaitre davantage le fonctionnement de l’institution et pouvoir se faire une idée sur l’utilisation faite du manquant.

Antonio Souaré ne fait pas plus pour la Guinée que ce que Vincent Bolloré apporte à sa France, mais cela n’a point épargné ce dernier d’une procédure judiciaire dans son propre pays et d’un œil critique de la presse française.

Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N04)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.