ACTUALITÉFEGUIFOOT

FEGUIFOOT : L’échec annoncé d’Antonio Souaré

0
Antonio Souaré
Antonio Souaré
Reading Time: 6 minutes

L’échec annoncé d’Antonio Souaré, l’homme qui veut tout et tout pour lui et son clan, est dessiné à l’horizon 2023 il nous semble. Qui est l’homme ? Il fait quoi et avec qui ? Que veut-il à la fin, au détriment de la jeunesse guinéenne ? Résultats d’enquêtes…

Ces quelques questions sont pour camper la situation qui risque d’être explosive sous peu, si rien n’est fait pour arrêter cet avide de pouvoir, opérateur économique de piètre excellant combinard dans les jeux du hasard, où il fait subir aux incrédules parieurs ‘’sa loi ‘’ du gain facile, celle du mieux disant, feignant de participer à la solution des plus démunis, alors qu’il se la pompe allègrement tous les jours sans que la LONAGUI ne puisse rien détecter. Si non, faire comme il est de coutume en Guinée : « débrouiller »

Car malgré qu’on sache tout du mécanisme d’arnaque des fonds et des acteurs, personne ne dit rien. Et voilà comment Antonio est devenu ‘’le Père Noël’’ qui distribue bon an, mal an, des cadeaux empoisonnés à travers la sélection des gagnants. Mais la question sur ces jeux du hasard est de savoir combien sont les recettes réelles ? Qui pour mettre la règle des partages sans parti pris?

Et pourquoi on ne sait jamais et on n’a jamais le bilan de cette société au bout de chaque année, comme il se doit dans tout pays usant de ces jeux. Là, la faute à l’autorité guinéenne qui s’est laissé avoir par de gros affabulateurs de la trempe d’Antonio Souaré.

Alors en venons à son implication dans le foot, lui qui fut un si mauvais footballeur dans l’équipe du 5è arrondissement de Conakry, et un piètre DJ dans des boites de nuit moches, avant de se lancer dans les affaires, étant déjà à l’université. Avec une marque japonaise (Mazda), on sait qu’il a été un des tout premiers démarcheurs en Guinée, et voici qu’il finit par être un des coursiers de la marque au Brésil et quelque part en Afrique australe avant de se décider à rentrer au pays.

Là, il a lorgné sur les cartes d’identités et passeports nationaux qu’il a eus en sa qualité de prestataire, avec certains des ministres de Lansana Conté dans les Années 90. Il n’a perdu cet autre marché qu’à l’arrivée du Prof alpha Condé au pouvoir. Là aussi nous savons qu’il n’a pas fini de se ressasser sa vengeance pour récupérer un jour ou l’autre ce grand marché au Ministère de la sécurité, vu ses relations en ces temps-ci avec les rouages du pouvoir.
Antonio est arrivé au bon moment mais au mauvais endroit-celui du Foot Bisness en Guinée.

Ainsi le grappin est mis sur le club de ses souvenirs de footballeur, le club de Matam qui l’ouvrit ses portes grandement du fait qu’il a eu en face un certain Maître Mathos, le Président d’alors du Club de Matam. L’argent facile a fait le reste, pour qu’Alfred Mathos lui donne toutes les clés en lui donnant aussi l’espoir d’être un jour le plus puissant financier du sport national à travers le club qu’il devait rendre champion à vie en Guinée. Donc mettre la fédération sous son seul control. Ce qui fait qu’actuellement, il est cet Antonio ‘’Le Roi des footballeurs et leurs parents miséreux, qui pensent que c’est lui seul qui soit capable de faire atteindre le succès, nul autre en Guinée ?

La stratégie aura et de faire alliance avec Super V un temps contre AKB et Djibril Diarra ‘’Becken’’, mais avant contre Titi Camara pour briguer la présidence de la féguifoot. Il n’est pas utile qu’Antonio a su manipuler tous les collaborateurs de Super V, avant qu’il n’en vienne à sa candidature pour ce poste à la Fédé. Il est devenu le Judas du football national avec l’appui de Blasko Barry, l’homme de confiance, donc de tous les secrets de Super V à la tête de la Fédération guinéenne de foot.

Mais qui a trahi, trahira. Blasko Barry qui fait tout pour qu’Antonio soit à la présidence de la fédé, est cet homme qui a vendu Bruno et qui a refait la même chose avec Super V. Pourtant, s’il est agent des douanes, c’est grâce à ses relations d’avec Bruno Bangoura, qui s’en est allé après que Blasko est fait truquer les élections. Son maître super V qu’il vient de faire partir suite à une rébellion au sein de la Fédé, en manipulant un certain Amadou Diaby alors 1er Vice-président de cette nouvelle fédération.

Est-ce suffisant pour camper l’homme Antonio qui vise le toit du foot national, accumulant les postes incompatibles de responsabilités rien que dans le domaine du Foot. Bouba Sampil dit d’ailleurs qu’il va devoir tenter d’être le président de la République sous peu si rien n’est fait pour arrêter cet insatiable. Il a sous son contrôle plus 71 joueurs de foot, tous des pros qui attendent d’être vendus au bon gré d’Antonio. Il fait gérer la carrière des jeunes joueurs à travers le « traitement » de leurs parents, qu’il envoie très souvent à la Mecque, ou assure le soins de santé, histoire d’endormir ces parents qui lui confient sans se rendre compte l’avenir de leurs enfants.

Le plus marrant, est qu’il y a plus d’une vingtaine de joueurs sur les bancs du Horoya qu’Antonio refuse de laisser partir signer où ils veulent, une façon de les faire attendre autant que possible, se jouant sur l’âge des joueurs postulants pour les clubs plus payants. Aucun agent joueur n’a encore accès au code de débauchage de ces enfants de Guinée, tenus à un esclavage sauvage de la part de celui qui va sous peu prendre les rênes de la Féguifoot.

Encore rappelons ce que dit Bouba Sampil de l’ASK à propos, quand Antonio est le Président de la Ligue professionnelle, Président du Horoya et devenir en même temps le Président, non le Super Président de la Fédé ? C’est la fin de la transparence dans le championnat national, les litiges d’avec Horoya étant réglés d’avance à l’avantage de qui on sait-Antonio. Un véritable potentat qui va en même temps continuer à puiser dans les réserves des deniers publics, à travers les dons et subventions des institutions internationales de foot de par le monde dont la FIFA et la CAF.

Qui dit que Blasko devait faire partie du Comité de normalisation du Foot en Guinée suite au départ de l’équipe de Super V ? C’est encore Antonio Souaré, qui voulait que ce soit par Blasko qui à verrouillé les textes règlementaires de cette structure, pour ouvrir grandement la porte de la présidence à Antonio Souaré alors tout tranquillement assis dans ses bureaux, faisant semblant de ne rien savoir.

Autre question dans le fonctionnement du Comité de normalisation qui va accoucher du prochain congrès électif de la Fédé. C’est le financement de ses activités de normalisation. Là, ce n’est de personne d’autre qu’Antonio Souaré qui aura été le bon samaritain, l’homme qui paye d’avance les billets d’avions pour les voyages à l’étranger les frais d’hôtel des membres de ce petit Comité de normalisation est totalement acheter par Antonio.

Il y a des preuves qu’il pompe les sous de Guinée Games pour s’acheter ce poste, d’ores et déjà acquis tant que c’est Blasko Barry qui assure le secrétariat des sessions, manipulant comme veut Antonio les résolutions. Qui dit qu’Antonio ne sera pas le prochain président de la Féguifoot, au détriment- de qui de droit – celui qu’il a contribué à faire élire et faire partir quand bon lui a semblé –Salifou Super V.

Pour parler des joueurs empêchés de quitter le Horoya encore, il suffit de citer les cas Kennedy et Trezegué, si cela peut servir de preuves à la haute magouille sur les carrières des jeunes joueurs tenus pour un esclavage à grande échelle.

Le Président guinéen n’a rien compris pour se laisser amadouer par les amis d’Antonio qui l’a adjoint Mathurin et KPC pour dire qu’il fait confiance à ce trio attitrés.
Ces trois sous la houlette de Mamadou Antonio Souaré comme président de la COCAN et de la Future fédération guinéenne de football, c’est l’échec avant terme du tournoi de la CAN en 2023, car rien ne sera transparent avec Antonio.

Le plus pressé est de faire arrêter ses tracasseries sportivo-financières avant qu’on ne soit au congrès. Qu’Alpha Condé veuille à faire respecter la déontologie et la transparence dans le choix des cadres appelés à diriger les structures de jeunes en Guinée.
Pour finir la CAN est un moyen de faire d’immenses investissements comme le Mali l’a prouvé sous Konaré, la Côte d’Ivoire sous Houphouët Boigny et le Sénégal sous Abdou Diouf, sinon en Guinée Equatoriale et au Gabon qui ont connu des avancées dans la réalisation rapide des infrastructures de base dans tous ces pays. Ce qui manque à la Guinée.
Arrêtons Antonio Souaré avant qu’il ne soit trop tard, C’est ce qu’on peut conseiller à la Guinée et au Président Alpha Condé.
Ousmane Aziz Soumaré

En savoir plus sur http://aminata.com/feguifootantonio-souare-le-pere-noel-est-une-ordure-opinion/

guineetopsports
Le Premier Portail Sportif Guinéens ! Retrouvez l'actualités sportive de la Guinée Football, BasketBall, Vélo, course, natation etc.. et en continue ...

Moussa Bintou Kaba, élu président de l’association des arbitres de Guinée

Previous article

Info CAN Junior de Football 2017 en Zambie.

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

More in ACTUALITÉ