Garcia avoue ne pas avoir anticipé la rivalité entre Lyonnais et Marseillais à son arrivée

[ad_1]

Parti de Marseille sous les sifflets, arrivé à Lyon sous les sifflets. Nommé sur le banc de l’OL en octobre dernier, quelques mois seulement après son départ de l’OM, Rudi Garcia avait immédiatement vu certains supporters locaux le chahuter, du fait de son statut d’ex-entraîneur du club rival. Invité lundi soir d’OLTV, le technicien a reconnu ne pas avoir vraiment anticipé ce problème.

« J’avais regardé le début du championnat, j’avais regardé quelques matchs de l’OL, et puis j’ai découvert Juni lors de l’entretien, je ne le connaissais pas, se souvient Garcia. Tout de suite on a parlé football, jeu, et je pense que ça s’est bien passé. J’étais assez tranquille de mon côté, je n’avais pas spécialement prévu de reprendre. Ce que je n’avais pas mesuré, c’est combien ça pouvait poser problème d’arriver de l’Olympique de Marseille, et pour les Marseillais, et pour les Lyonnais. J’ai été assez naïf sur ce coup-là. Mais je suis très fier d’être dans ce club aujourd’hui. »

« On préfère toujours être aimé mais… »

L’entraîneur avait pourtant pu découvrir les saisons précédentes la très chaude ambiance des OM-OL ou OL-OM… « Je sais qu’il y a des antagonismes entre certains clubs en France mais je ne m’étais pas imaginé ça comme ça, poursuit Garcia. Après, que voulez-vous que j’y fasse? On préfère toujours être aimé mais bon… J’espère que les choses changeront avec certains supporters qui ne m’apprécient pas. J’espère les faire changer d’avis avec mon travail, en gagnant des titres avec l’OL. »

Encore critiqué dans les tribunes du Groupama Stadium au moment de l’interruption du championnat en mars, Garcia s’émeut-il de ce traitement? « Il y a toujours une part de souffrance parce que encore une fois, chacun préfère être apprécié, reconnaît-il. Mais je ne vais pas perdre mon temps avec ça non plus, j’ai entraîné à Rome, et quand on est passé à la Roma on peut entrainer partout. A Marseille il y a eu des moments magnifiques, mais ça n’a pas toujours été simple non plus. Il faut avoir une carapace, le cuir épais comme on dit, l’essentiel est de gagner des matchs, d’être bien avec les joueurs et le staff, le reste en découle. (…) Je suis quelqu’un qui a du caractère, je n’en manque pas, je suis combattif. Mais encore une fois il y a des priorités, et la priorité c’est de bien faire jouer l’équipe. »



[ad_2]
Copyright Source link

Apropos guineetopsports

Le Premier Portail Sportif Guinéens ! Retrouvez l'actualités sportive de la Guinée Football, BasketBall, Vélo, course, natation etc.. et en continue ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

//graizoah.com/afu.php?zoneid=2835583