ACTUALITÉ

Les Gladiateurs ont besoin de nous par Jacques Lewa

0
syli de Guinée
Reading Time: 2 minutes

Les Gladiateurs ont besoin de nous.

Les gladiateurs. Paul Put les désignent ainsi. Quelque soit leur diversité ethnique, ils sont de véritables guinéens qui unissent d’autres. Dans les rues, dans tout le pays, les compatriotes expriment leur soutien en joie. Des danses folkloriques occupent des carrefours, de la musique à fond. Le tout pour célébrer une participation. Et cette participation est bénéfique. Doublement. Elle nous fait honneur et nous unit.

Le syli nous fait oublier les tensions politiques. C’est pourquoi il faut absolument lui souhaiter plus de chance. La chance de demeurer dans la course. Avec plus de lucidité. Le peuple est là derrière. Déterminé à faire ce qu’il peut pour s’offrir pour la première fois, la joie d’être une nation historique de football. On ne se contentera pas de parler du Hafia 77 et des temps de gloire, on croisera les doigts pour nous voir dépasser la muraille des quarts de finale. Ça ne se gagne pas maintenant nous le savons. Il y a eu un temps de préparation qui n’a pas rassuré. Mais les passionnés du foot ne veulent pas en parler.

Alors, les gladiateurs de Paul Put sont entrés dans la compétition. Ils ont marqué deux et encaissés deux. Ils s’en sortent avec un point. Ce n’est pas tout. Ils nous ont davantage montré leurs problèmes. Les difficultés pareilles, ce type de surprise, la République démocratique du Congo en a connu quelques heures avant face à l’Ouganda. C’était plutôt une vraie surprise. Une défaite sans management. L’entraîneur promet de tirer les leçons. Il a pu comprendre, peut-on bien imaginer, les failles. Florent Ibengue dont le salaire est jugé un peu trop élevé comparé aux émoluments payés aux députés et ministres de son pays n’est pas le mieux payé. Les sélectionneurs africains qui travaillent dans leurs pays respectifs, sont appelés à faire des sacrifices.

Nous n’avons pas la meilleure situation. Lappé Bangoura est resté longtemps ici sans percevoir son salaire. On paie les blancs très chers. Notre déception tient souvent au fait que nous n’arrivons pas à bénéficier jusqu’ici des retombées de notre investissement. On préfère dire, pas de place au découragement. Parce que nous sommes allés trop loin pour renoncer. Après tout, ce n’est qu’un match, même si notre syli garde toujours le niveau qu’il avait aux rencontres de préparation.

Puisse Dieu nous aider. Les sorciers aussi. Nous avons besoin les gladiateurs encore en compétition. Les attentes sont nombreuses. Mais ce n’est pas la seule raison. Surtout en ce moment critique de notre pays, nous avons le temps d’oublier les péchés de nos politiques. Eux-mêmes s’abstiennent de blasphémer. Dans leurs salons, bureaux et promenades, ils portent les jeunes dans leurs cœurs. Ils s’entendent et rient avec tout le monde. Ça donne quelque chose de beau. Et peut être cette trêve politico-médiatique va aider à changer des mentalités. C’est bien pour cet espoir mince, mais auquel on est en en droit de tenir que nous devons tous souhaiter qu’ils y soient jusqu’au bout. Il y a à douter certes, mais les gladiateurs de Paul Put ont besoin de chaque guinéen, comme chaque guinéen a besoin d’eux.

guineetopsports
Le Premier Portail Sportif Guinéens ! Retrouvez l'actualités sportive de la Guinée Football, BasketBall, Vélo, course, natation etc.. et en continue ...

CAN 2019 : Antonio Souaré booste le moral des joueurs au lendemain du nul contre Madagascar

Previous article

Après la claque de la CAF qui disqualifié la Guinée Antonio Souaré ‘’Le Sénégal est comme ça’’

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

More in ACTUALITÉ