INTERNATIONAL

Lopes raconte comment il a vécu les incidents contre Leipzig

0
Temps de lecture : 3 minutes

Toujours en course dans quatre compétitions cette saison, l’OL défiera la Juventus le 26 février prochain lors du match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour ce premier duel au Groupama Stadium, Anthony Lopes et le reste de l’équipe entraînée par Rudi Garcia compteront sur le soutien des supporters lyonnais. 

Des fans avec qui les relations se sont améliorées ces dernières semaines après avoir touché le fond le 10 décembre lors du nul arraché par l’OL face à Leipzig (2-2) en raison de banderole insultante pour Marcelo. Invité exceptionnel de l’émission « Comme Jamais » sur RMC Sport 1 ce lundi, le gardien portugais est revenu sur cette soirée européenne ô combien tendue malgré la qualification de l’OL.

Lopes: « Des images qui ne me plaisent pas du tout »

Anthony Lopes a d’abord confié son incompréhension initiale. Chouchou des supporters les plus fervents de l’équipe, le gardien pensait rentrer au vestiaire pour célébrer la qualification mais a vu Memphis Depay entamer un sprint vers le virage pour s’opposer à une banderole de certains ultras.

« Memphis est parti en courant, moi je rentrais au vestiaire. De l’avoir vu partir en boulet de canon, je me suis dit qu’il y avait quelque chose qui se passait, a expliqué le joueur de 29 ans pour RMC Sport. Et en me retournant, j’ai vu cet étendard. J’avais compris pourquoi il était parti en furie. Ce sont des images tristes et qui ne me plaisent pas du tout. »

Le gardien portugais a également confié qu’il était un peu abasourdi, comme « perdu » au moment de de vivre de tels débordements.

Pourtant si proche des supporters d’habitude, lui, l’enfant du club rhodanien, n’a pas compris une telle haine contre Marcelo malgré la qualification. « On passe en huitièmes, on attendait de voir contre qui on allait jouer, a encore lancé le vainqueur de l’Euro 2016. C’était un soir de fête qu’on aurait dû partager avec tout le stade. »

Lopes a choisi l’équipe plutôt que les fans

Très proche de certains groupes de supporters, Anthony Lopes a été pris entre deux feux lors de cet après-match houleux. D’un côté, il y avait les fans qui n’ont eu de cesse de l’encourager et de le soutenir tout au long de sa carrière. De l’autre, son coéquipier Marcelo

« C’est difficile à ce moment-là de voir l’OL se déchirer, la rupture entre un joueur et des supporters, a aussi concédé le gardien portugais.  […] Voir ces images, c’était déchirant. Pur lyonnais qui était dans ce virage plus jeune et je vois ça, c’est incompréhensible à ce moment-là. »

Et entre les deux camps, Anthony Lopes n’a pas hésité et a choisi de soutenir son partenaire brésilien. Une évidence pour le gardien malgré les rumeurs affirmant le contraire dans les jours suivants cet OL-Leipzig. « Quand il y a des messages à faire passer d’un côté comme de l’autre, on le fait. Maintenant, la situation au sein de mes coéquipiers est claire, a finalement enchaîné l’un des capitaines lyonnais. Ils n’ont jamais douté, ce qui montre la force de notre collectif. »

C’est justement grâce à la force de ce collectif que Marcelo et Lyon ont réussi à redresser la barre. La situation s’est apaisée avec les supporters et c’est unis qu’ils tenteront de s’offrir le scalp de la Juventus en Ligue des champions. Un moyen d’enterrer définitivement la hache de guerre.

>> OL-Juventus c’est le 26 février sur RMC Sport





Copyright Source link

guineetopsports
Le Premier Portail Sportif Guinéens ! Retrouvez l'actualités sportive de la Guinée Football, BasketBall, Vélo, course, natation etc.. et en continue ...

pour Achille Emana, les joueurs « n’ont rien à foutre » de la situation du club

Previous article

Lopes regrette son « énorme connerie » contre l’OM

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.